Qu’as-tu fait de ton amie?


Qu’as-tu fait de ces années? Amies d’enfance, Alice et Cécile auraient dû le rester leur vie entière. Que de moments forts n’ont-elles pas partagé, depuis le soir de l’élection de Mitterrand en 1981 qui ouvre ce deuxième roman de la Française d’origine géorgienne, Kéthévane Davrichewy! Et pourtant, mariées et mères de famille, elles ont fini par s’éloigner l’une de l’autre, sans trop comprendre pourquoi. Trente ans plus tard, en ce jour anniversaire de la fête de la rose, alors qu’Alice traîne à une terrasse de café en retissant le fil de ses souvenirs, Cécile est dans le coma. Et de sa brume ouatée, c’est son ancienne amie qu’elle appelle… Alternativement, nous remontons derrière l’une et l’autre ce temps vécu cœur à cœur. L’adolescence où elles entonnent les mêmes airs populaires, dansent sur les mêmes chansons à la mode. L’année où Alice étudie à New York, d’où elle ramènera son mari, tandis que Cécile est inscrite aux Beaux-Arts à Paris. Jusqu’à ce projet professionnel commun, avorté. Une amitié réelle et pourtant fragilisée par Philippe, personnage énigmatique, demi-frère de Cécile qui l’idolâtre, amoureux caché d’Alice, qui paiera le prix fort ses excès de vie. Qu’est-ce qui fait qu’un roman est un grand roman? Est-ce le fruit d’une alchimie mystérieuse entre un contenu et un contenant? La trouvaille du ton juste pour transmettre une part d’universel? Une émotion qui naît d’abord de l’écriture, pour autant que celle-ci porte un vrai sujet? Difficile à dire. Il est plus facile, à la limite, de dire pourquoi un livre (ou un film) est mauvais que bon. Car en définitive, l’histoire contée par Les séparées, celle de deux femmes prises dans les aléas de leurs vies, la littérature en regorge. Rien n’y est véritablement neuf. Il y a donc autre chose. Cette capacité à mettre les mots justes sur des émotions, des ressentis qui deviennent ainsi les nôtres. Et c’est le regard comme lavé de tout que l’on a pu lire ou connaître jusqu’ici que nous parcourons ce chemin douloureux d’où l’on émerge chaviré. C’est sans doute cela la littérature.

#amies #KéthévaneDavrichewy #Mitterrand #Wespieser