Quand le roman s’empare de l’Histoire (1) : d’une guerre l’autre




C’est la vie de sa grand-tante, Yvonne Bellot (1879-1944), connue sous le pseudonyme de Yo Laur, morte en déportation, que raconte Marie Charrel dans Je suis ici pour vaincre la nuit.


Echos de la guerre d’Algérie





1 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout