Quelques beaux-livres de fin d’année



Autre album magnifique, La région Hauts-de-France (Pourparler éditions, 176 pages, 31,90 €, également bilingue français-anglais) rend hommage à cette nouvelle entité administrative composée de cinq départements: l’Aisne, le Nord, l’Oise, le Pas-de-Calais et la Somme.

La littérature n’est pas oubliée. D’une part, grâce au magnifique album (petit format) consacré à Emile Verhaeren à l’occasion de l’exposition qui lui était consacrée au Musée des Beaux-Arts de Tournai, Des lueurs du fleuve à la lumière de la peinture (Archives & Musée de la Littérature, 147 pages). Y sont regroupés de nombreux poèmes et textes divers, accompagnés de tableaux, photos ou sculptures qui permettent de redécouvrir celui dont l’œuvre, comme le rappelle Marc Quaghebeur dans son introduction, est nourrie par sa contemplation quotidienne de l’Escaut dans son enfance. D’autre part, avec le nouveau Simenon (après Les frères Rico et Six enquêtes de Maigret) illustré par une cinquantaine de dessins de Loustal (pleine page ou vignettes), Il s’agit d’un roman policier peu connu, Un nouveau dans la ville (Omnibus, 190 pages, 28 €), écrit en Arizona en 1949.

Enfin, terminons cette sélection par une digression musicale. Après Brel, Brassens, Ferrat, Coluche, Ferré, Colette et d’autres, le dessinateur Philippe Lorin s’est attachée à Dalida à l’occasion (anticipée) du 30e anniversaire de sa mort le 3 mai 2017. Il la dessine à tous les âges de sa vie et, comme dans ses précédents ouvrages, croque tous ceux qui l’ont connue ou qui furent ses contemporains (Bruno Coquatrix, Lucien Morisse, Eddie Barclay, Aznavour, Johnny, Delon, Pascal Sevran, François Mitterrand, etc.).