• alain

rule, britannia!


Dans un de ses meilleurs sketches, Fernand Raynaud se met dans la peau d’un douanier qui n’aime pas les étrangers. Il ne cesse de harceler l’étranger qui s’est installé au village jusqu’à ce que lui et sa famille, dégoûtés, filent ailleurs. Depuis, plus moyen de trouver du pain. C’était le boulanger du village.

Boris Johnson ne connaît sans doute pas Fernand Raynaud, dommage pour lui – il aurait pu lui piquer quelques autres gags. Et il se serait surtout montré plus attentif aux conséquences de ce Brexit lancé dans un geste emphatique de fierté et d’orgueil nationalistes (« Rule, Britannia ! ») mais parfaitement indifférent à ses conséquences pratiques. Genre l’intendance suivra…

Ces conséquences, les Britanniques commencent peu à peu à les découvrir : fermeture progressive des stations d’essence, difficultés d’approvisionnement, tensions avec l’Irlande. Faute de chauffeurs et de carburant, les camions restent au dépôt, les chauffeurs polonais ou roumains sont partis travailler sur le continent. Les boulangers suivront bientôt le mouvement…

Faute d’essence, la reine elle-même a été obligée de laisser sa Rolls au garage et de faire dépoussiérer son vieux carrosse pour aller faire ses courses. En croisant les doigts pour que les chevaux qui le tirent soient tous de sang anglais.

Si le tonitruant Boris Johnson ne connaissait pas l’humoriste français des années cinquante, il a pourtant dû lire sa compatriote Daphné du Maurier. Dans un de ses derniers romans (« Rule, Britannia », bizarrement traduit sous le titre « Mad »), la brillantissime romancière imagine que la Grande-Bretagne vient de quitter l’Union européenne (le roman date de 1971). S’ensuivent des pénuries de carburant et d’approvisionnement. Le pays exsangue fait appel au grand frère américain qui envahit brutalement l’ancienne puissance coloniale, sans plus d’égard pour sa population qu’il n’en a eu lors de quelques expéditions précédentes des boys (le roman a été écrit à la fin de la guerre du Vietnam) …

Quand on voit le rapprochement militaire récent des Anglais et des Américains avec les Australiens, on se dit que Daphné du Maurier a décidément fait preuve d’une étonnante clairvoyance !

Si l’Ecosse dégoûtée quitte à son tour l’empire suivi du Pays de Galles puis des Cornouailles, restera à Boris Johnson de se faire élire président de Pimlico pour éviter que ce célèbre quartier de la cité de Westminster à Londres ne proclame à son tour son indépendance, comme il l’a fait dans une excellente comédie britannique jadis (« Passeport pour Pimlico » de Henry Cornelius), à l’époque où les Anglais préféraient l’humour à la politique…


www.berenboom.com

3 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

la fureur de vivre

Le gouvernement vivaldien a réussi à serrer les rangs de son équipe hétéroclite en fêtant la rentrée politique avec une décision audacieuse : la fin des maladies de longue durée. On le sait depuis la

et avec ca, emballage cadeau,

Dans le monde politique flamand, certains ne comprennent pas que les dirigeants wallons fassent la fine bouche devant la proposition de leur ministre-président d’accorder un prêt à la Wallonie pour ta

mutti & mutti

Ma chère tante Herta avait imposé à son mari la présence de sa mère. On l’appelait tous Mutti. Je ne lui ai jamais connu d’autre nom. C’était une espèce de sergent-major de l’empereur Guillaume II, fi