Salut en de kost !

Monsieur Van Rompuy à l’Europe et la planète Belgique tourne fou. Mais la Belgique a-t-elle vraiment besoin d’un premier ministre ? Qui se rappelait il y a quelques mois de cet ancien ministre de Jean-Luc Dehaene ? On le disait triste, chafouin, sans charisme. A son départ du ministère du Budget, il n’y avait eu qu’un seul cri, surtout dans son propre camp : salut en de kost ! Or, maintenant, le monde nous l’envie. Le C.D.&V. se pend à ses basques. Même Yves Leterme réussit à ne pas faire à son sujet une de ces déclarations catastrophe dont il a le secret. C’est dire comme cet homme impressionne !

Vous vous dites que mon amertume est celle d’un francophone obligé de subir le joug de chefs flamands depuis près de quarante ans ? N’en croyez rien.

Les francophones qui se sont succédés à la tête de l’état, tous brièvement, n’ont laissé que des souvenirs calamiteux. Leburton, copain de Mobutu, n’a jamais pu faire avancer d’un pas le train d’une tripartite morte dès son intronisation. Et Paul Vanden Boeynants est passé à l’histoire comme l’image du politicien tricheur, arrangeur, magouilleur. Non, merci ! Mais les premiers ministres flamands ont-ils laissé de meilleurs souvenirs ? Le chœur des pleureuses autour de notre futur ex-excellence ferait oublier que la cote de popularité de ses prédécesseurs avoisinait l’électrocardiogramme plat, signe de la mort clinique. Maertens, symbole grisâtre de l’immobilisme politique à la belge, dont on ne savait comment se débarrasser. Le tonitruant Dehaene qui mettait dans la direction du gouvernement aussi peu de poésie que les joueurs de son équipe de football favorite. Et même Verhofstadt, ambulancier miracle il y deux ans d’une Belgique en train de sombrer, n’a pas réconcilié les électeurs avec son parti. Au contraire ! Alors, pourquoi le taiseux Van Rompuy échappe-t-il seul au désamour général ? Peut-être parce qu’il est poète. On imagine mal Dehaene, Maertens, V.D.B. ou même Leterme écrire : « Le pouvoir coule comme l’eau entre les mains soyeuses d’une jeune fille de bonne famille, Avant de nourrir l’araignée mieux que les mouches coincées dans sa toile. » L’habileté de Herman poète est de réussir à la fois :

  1. à composer un texte qui peut être traduit dans toutes les langues européennes, même en français ;

  2. à livrer une phrase incompréhensible même dans sa version originale ;

  3. à laisser chaque lecteur faire son interprétation personnelle de la signification profonde que le haïku est censé dissimuler.

Cette façon de composer ressemble de façon troublante à la méthode si particulière des politiciens belges pour accoucher d’un compromis: on considère qu’ils ont réussi leur mission lorsqu’ils ont pondu des textes tellement incompréhensibles qu’ils font l’unanimité dans tous les partis. En veillant à laisser à chaque communauté la possibilité de faire du texte une interprétation exactement opposée à celle de l’autre. Bravo l’artiste ! Le byzantinisme des lois spéciales, le statut de B.H.V. et du régime des « facilités », le système de la « sonnette d’alarme », toute cette tuyauterie ne tient-elle pas davantage de la poésie que de la plomberie ? De la poésie hermétique et répétitive. Symbolique et surréaliste. Quelque part entre Verhaeren et Van Ostaiyen. On se doute qu’en matière de poésie, il sera difficile de trouver un héritier à notre prince de l’haiku. Où dénicher un politicien au discours aussi hermétique aux flamands qu’aux francophones ? A l’humour aussi zen ? Les numéros d’Yves Leterme s’apparentent davantage au comique type Laurel sans Hardy. Celui de Didier Reynders au rire grinçant à la Bernard Blier. Vanackere fait trop clown triste. Et Elio di Rupo ne fait rire personne. Reste Bart De Wever. Les francophones sont toujours ébahis de découvrir que beaucoup de Flamands le considèrent comme l’homme « le plus malin » parce qu’il a réussi à (presque) gagner un jeu télévisé et qu’il a décroché un diplôme d’historien (même si l’histoire de la seconde guerre mondiale n’a pas laissé dans sa mémoire beaucoup de traces). Mais son humour cynique est définitivement intraduisible.

Alors ? Et si on se passait de premier ministre, qui s’en apercevrait ?

#VanRompuy

Posts récents

Voir tout

NOUVEAU SITE

Cela fait de longues années que ce blog n’a pas été mis à jour. Non que ce soit une obligation ; mais là, vraiment, il était temps. Il n’y aura plus de nouveaux articles sur ce site. Je vous invite à

michaël, l’espiègle

Dans une belle lettre d’adieu à son coéquipier Michael Goolaerts, le triple champion du monde de cyclo-cross Wout Van Aert écrit qu’il ne faudra jamais oublier Michael, ce gars espiègle avec son étern

Anvers et contre tout

Anvers est loin de Vérone. Sous le balcon de Juliette, l’histoire d’amour était dramatique mais simple. Dans la métropole pluvieuse, la tragédie a tourné au Grand-Guignol. La Belgique est une terre de