Septante ans et un retour aux sources


Paysage avec la chute d’Icare, Pierre Mertens, Seuil, 544 p., 25 euros.

À signaler aussi la parution récente de son essai intitulé Le don d’avoir été vivant (Paris, Écriture, 2009) où il évoque notamment quelques-uns de ses auteurs de chevet : Sciascia, Kundera, Lowry, Kafka, Cortázar et Pasolini, ainsi que Gottfried Benn (personnage central de son roman Les Éblouissements, prix Médicis 1987).

[2] Idem.

[3] Citation issue de l’interview de Pierre Mertens par Guy Duplat parue dans La Libre Belgique le 09 novembre 2009.

#PierreMertensPaysageIcare

Posts récents

Voir tout

A Pierre Mertens

Il y a quarante ans que Pierre et moi nous connaissons. Nos relations n’ont pas toujours été harmonieuses. Il y a eu des hauts et des bas, mais, à ma connaissance, pas de coups bas. Je n’ai pas aimé t