SMS et plus si affinités

Depuis un an qu’ils ne nous disent plus rien, on se demandait vraiment à quoi pensent tous ces politiciens qui ne nous gouvernent pas ? La réponse est venue de notre dernier leader bien-aimé-respecté. Ainsi donc, quand Yves Leterme pense, ce n’est ni à BHV, ni au remboursement de la dette, ni à l’avenir du Standard, même pas à la guerre qu’il mène en Afghanistan et en Lybie. Non, quand il pense, c’est à ça à qu’il pense. Eh bien… On ne le voyait pas comme ça notre brave notaire social-chrétien. Dans la peau de D.S.K. Dites donc… Quelqu’un a-t-il songé à enquêter auprès des femmes à journée polonaises qui, le soir, s’attardent dans les bureaux du 16 rue de la loi ? Puisqu’une certaine presse a décidé que la vie privée torride de Yves Leterme méritait la « une » des journaux, autant aller jusqu’au bout des révélations. Déballons tout ! Pendant douze mois, les Belges ont crié : on veut un gouvernement ! En vain. Alors, changeons de slogan : ce qu’on veut, c’est un gouvernement seXuel ! Ce sera peut-être plus efficace. Si, contrairement à l’image qu’ils affichent, tous ces êtres lointains qui se battent pour nous diriger sont au moins aussi brûlants que notre expéditeur des affaires courantes, on va avoir un gouvernement vite fait. D’autres révélations ? Ainsi, ce S.M.S. envoyé par un certain Bart D. à Oliver M. : « Mon petit francolâtre adoré, tu sais où j’aimerais mettre ta proposition d’élargir Bruxelles ? Réponds-moi viiiite ! » Ou celui de ce même Olivier M. à un nommé Charles M. : « Ainsi, tu veux me quitter pour plus fort, plus puissant, plus borderline que moi ? Et tu t’imagines qu’il est prêt à te céder ? Pauvre naïf ! Si tu lisais le SMS qu’il m’a envoyé… » Et dans la foulée ce message de Charles M. à Bart D. : « Mon lutteur chéri de la foire du midi, ne crois pas un mot de cette langue vipérine d’Olivier. C’est rien qu’un jaloux. Il sait qu’avec le régime de facilités que tu vas m’accorder, tu pourras tout avoir de moi. Tout ! » Un certain Elio s’y est mis à son tour. Toujours à destination de Bart W., décidément le chéri de ces dames : « Ma mouette de la Vlaamse kust, j’ai appris qu’un tas de petits marquis tournent autour de toi comme des mouches folles. Méfie-toi de leurs faux serments ! Je suis en train de te fignoler une belle lettre d’amour, je suis sûr qu’elle te fera rougir autant que moi ! » Faut-il s’étonner de ce tourbillon d’amour alors que notre vie politique récente a été rythmée par des mariages – des mariages ratés : la N.V.A. avec le C.D.&V., le S.P.a. avec Spirit, le M.C.C. avec le F.D.F. ? On comprend que certains préfèrent essayer les unions clandestines…

Posts récents

Voir tout

NOUVEAU SITE

Cela fait de longues années que ce blog n’a pas été mis à jour. Non que ce soit une obligation ; mais là, vraiment, il était temps. Il n’y aura plus de nouveaux articles sur ce site. Je vous invite à

michaël, l’espiègle

Dans une belle lettre d’adieu à son coéquipier Michael Goolaerts, le triple champion du monde de cyclo-cross Wout Van Aert écrit qu’il ne faudra jamais oublier Michael, ce gars espiègle avec son étern

Anvers et contre tout

Anvers est loin de Vérone. Sous le balcon de Juliette, l’histoire d’amour était dramatique mais simple. Dans la métropole pluvieuse, la tragédie a tourné au Grand-Guignol. La Belgique est une terre de