Solidaire pépère est remonté sur son vélo.

Si vous vous souvenez, Mononc’Gaby, frôlé par une voiture, était tombé de son vélo, dans la rue principale de Rixensart. Pour ceux, comme Jean,  qui s’inquiétaient, qu’ils se rassurent, il va bien. Mais la question subsiste : les cyclistes et les piétons ont-ils encore une place dans les rues de nos villages ?

Ce problème se révèle particulièrement aigu en Brabant wallon. La circulation y est dense. Les rues de village deviennent des alternatives aux grands-routes et aux autoroutes. Les riverains se plaignent des navetteurs, étrangers à leur quartier, responsables de tous les maux. Mais ils éludent leurs propres comportements, fuient leurs responsabilités, oublieux de la manière dont ils se parquent sur les trottoirs dans les rues les plus fréquentées ou de leur capacité à ne pas respecter la vitesse maximale.

J’ai relevé dernièrement, dans les constatations et les propositions d’une Commission Locale du Développement Rural, le besoin de sécurité dans la mobilité et de convivialité dans les villages. C’est un sujet que j’abordais, il y a quelques mois, dans Bobonne, t’attends la pension pour dégager du trottoir ?

Sécurité dans la mobilité et convivialité sont souvent traitées séparément, sans que les liens qui les unissent ne soient formellement mis en évidence. Ainsi en matière de sécurité, il est certainement nécessaire de créer des sites propres pour les cyclistes et les piétons. Mais est-ce pour autant la seule solution ? Les risques pour les usagers faibles sont parfois tels (voie régionale à fort trafic, portion en manque de visibilité, etc…) que dans de nombreux cas, cela s’impose en effet. Cependant, ces sites propres demandent des financements importants. D’autres pistes existent, comme la réhabilitation des chemins, souvent malmenés et méconnus, pour permettre le passage des cycles dans un usage quotidien. Un autre moyen est le marquage au sol de zones réservées aux vélos et la création de passages pour piétons, de telle sorte à rendre à chacun sa place dans une rue qui ne devrait pas être exclusivement réservée aux voitures. Les recours aux  zones trente comme dans le pentagone bruxellois ou aux  zones résidentielles, limitée à 20 km/h devraient être plus généralisées. Il est possible de mettre en zone trente des quartiers entiers, pas seulement aux abords des écoles.  Les bénéfices sont indéniables, en termes de sécurité, mais aussi en termes de convivialité, diminution du bruit, de l’ordre de 6 dB entre 50 et 30 km/h, du sentiment d’insécurité.

Mais il faut un courage politique pour mettre en place ces solutions tant les réticences sont grandes à ce genre de changement. Ici ou là, des groupes s’opposent à la création d’une piste cyclable ou à la réhabilitation de chemins. On ne compte pas les riverains qui essayent de se réapproprier ce patrimoine commun. Le respect des limitations est un exercice difficile, même pour les mères de famille.

Plus fondamentalement, peu de gens sont conscients de l’impact de leur conduite sur la vie d’autrui.

C’est donc peut-être plus un travail de sensibilisation que d’adaptation de l’infrastructure.

A suivre

Denis Marion Entrepreneur sans but lucratif.

Allez revoir ces deux chroniques Tu ne tueras point a dit le seigneur Bobonne, t’attends la pension pour dégager du trottoir ?

#Convivialité #Sécurité

Posts récents

Voir tout

NOUVEAU SITE

Cela fait de longues années que ce blog n’a pas été mis à jour. Non que ce soit une obligation ; mais là, vraiment, il était temps. Il n’y aura plus de nouveaux articles sur ce site. Je vous invite à

Petits meurtres entre amis (2)

Un récit de Stan, présenté par le collectif Calvin & Hobbes Ce n’est pas d’être une blonde à bouclette qui fait de vous une femme stupide ou une séductrice patentée. Pas tentée d’ailleurs de l’être av