Soudan, le grand quoi

De retour fin mars d’une tournée au Soudan en pleine campagne électorale, la députée européenne Véronique De Keyser nous avait raconté combien la vie politique y était « intense ». A la tête d’une mission d’observateurs de l’Union européenne, elle garantissait la solidité du processus électoral et annonçait le retour à la démocratie. Véronique-nique- nique, qui croyait que, d’un coup de baguette magique, le chef de l’état, le redoutable Omar el-Béchir, poursuivi pour crime contre l’humanité, allait devenir un président respectable… N’avait-elle pas entendu les principales figures de l’opposition décider de boycotter ces élections, qu’elles annonçaient truquées. N’avait-elle pas vu que le vote de plus de deux millions de Soudanais, chassés du Darfour par les milices du démocrate el-Béchir, allait compter pour du beurre ? Ni entendu Mia Farrow dénoncer de ceux qui faisaient croire que le bourreau du Darfour allait soudain accepter l’aléa des urnes ? Après le Guantanamo-club Méditerranée d’Anne-Marie Lizin, on allait découvrir le Soudan-merveilleuse-terre-des-droits de l’homme de Véronique De Keyser. Que n’avait-elle lu avant de partir à Khartoum « Le Grand Quoi » de Dave Eggerts (éd. Gallimard) ? Ce n’est pas seulement un très grand livre mais aussi un témoignage précis et poignant de la vie d’un petit Soudanais noir, V.Achak Deng, dont toute la famille et le village ont été massacrés par les milices musulmanes lors de l’abominable guerre menée en 1983 par le pouvoir contre les animistes du sud et qui, d’exil en errance, a réussi par miracle à gagner les Etats-Unis. Il y a quelques jours, on a vu avec stupéfaction madame De Keyser agiter en riant ses petits doigts devant les caméras. Oui, oui, disait-elle. Je suis rentrée intègre du Soudan. Un pays où a été rétabli la peine d’amputation. Pourtant, même Véronique, qui avait avalé toutes les couleuvres, a fini par jeter l’éponge à quatre jours du scrutin. Faut dire que M. el-Béchir n’a pas résisté à ses démons habituels. Il a menacé de « couper la langue des observateurs internationaux » ! « Cela ne correspond pas du tout à l’hospitalité traditionnelle du monde arabe » a dit Véronique, qui ne connaît sans doute ni les prisons syriennes ou égyptiennes, ni la vie des femmes en Arabie. Reste à faire les comptes. A se demander combien a coûté ce cirque, les voyages de tous ces observateurs européens, le travail de leurs collaborateurs. De l’argent qui aurait été tellement mieux utilisé au Darfour ou à ramener le bourreau de Khartoum à La Haye. Et combien de plumes l’Europe laisse à nouveau dans cette lamentable aventure en cautionnant trop longtemps ces élections bidon.

Posts récents

Voir tout

NOUVEAU SITE

Cela fait de longues années que ce blog n’a pas été mis à jour. Non que ce soit une obligation ; mais là, vraiment, il était temps. Il n’y aura plus de nouveaux articles sur ce site. Je vous invite à

michaël, l’espiègle

Dans une belle lettre d’adieu à son coéquipier Michael Goolaerts, le triple champion du monde de cyclo-cross Wout Van Aert écrit qu’il ne faudra jamais oublier Michael, ce gars espiègle avec son étern

Anvers et contre tout

Anvers est loin de Vérone. Sous le balcon de Juliette, l’histoire d’amour était dramatique mais simple. Dans la métropole pluvieuse, la tragédie a tourné au Grand-Guignol. La Belgique est une terre de