Sur la censure


En bas de page, on peut lire : « Cet article d’opinion a été préalablement publié dans Le Monde ». Cela donne l’impression que l’article a été repris in extenso, d’autant plus qu’il n’est fait mention nulle part de citations ou extraits. Erreur. On a omis un passage important, qui faisait suite à la question : « Et que répondraient les Français à la même question ? » : « Au lieu de condamner sans appel le peuple suisse, essayons aussi de comprendre ce qu’il a voulu exprimer et ce que ressentent tant de peuples en Europe, y compris le peuple français. Rien ne serait pire que le déni. Rien ne serait pire que de ne pas regarder en face la réalité des sentiments, des préoccupations, des aspirations de tant d’Européens. Comprenons bien d’abord que ce qui s’est passé n’a rien à voir avec la liberté de culte ou la liberté de conscience. Nul, pas plus en Suisse qu’ailleurs, ne songe à remettre en cause ces libertés fondamentales ». Ce passage a-t-il été supprimé par manque de place ? Non, car une partie de la page 45 est restée blanche, ce qui fait plutôt penser qu’on a enlevé ce passage au dernier moment. Selon P. Vandermeersch, éditeur en chef, la manipulation est une forme de mauvais journalisme.

Après le veto une fatwa

Un président de parti doit se sentir concerné lorsque la presse écrite s’immisce en Belgique dans le choix du premier ministre. C’est ce qu’a fait la toute charmante Béatrice Delvaux, rédactrice en chef du Soir. Nous la croyons, quand elle affirme que son veto traduit la conviction de toute la communauté francophone : Leterme ne peut pas remplir cette fonction. Il faut un autre Van Rompuy, sans Van Rompuy. Et Leterme ne correspond pas à cette qualification. Ce jugement émotionnel fut surtout contreproductif.

Un pape doit se sentir concerné lorsque la même toute charmante Béatrice Delvaux  se mêle aussi de la désignation du nouvel archevêque de Malines-Bruxelles, primat de Belgique (dS 08/12). Je cite : « Avouons. Nous avons été très tentés d’écrire : « Oui, Danneels peut partir à la retraite, si… », à la manière du précédent éditorial du Soir consacré au départ d’Herman van Rompuy pour l’Europe. » Oh oui, elle veut bien que ce soit un francophone, pour autant que ce ne soit pas l’orthodoxe André-Mutien Léonard. Elle est suffisamment intelligente pour ne pas citer son nom explicitement, mais quiconque suit un peu les événements en Wallonie sait qu’elle vise ce « nominé ».

Elle écrit : « En ces temps où pourtant nombre de francophones seraient en droit de s’insurger sur le nombre de postes de premier plan dévolus à des néerlandophones, oserions-nous cependant signaler qu’en l’occurrence, ce qui importe absolument pour ce cardinal à venir, c’est qu’il fasse… « du Danneels, sans Danneels ». Si pour ce faire, il faut renoncer à l’alternance linguistique, eh bien, au diable, l’alternance ! » (lire l’édito intégral de Béatrice Delvaux).

Je ne sais pas si madame Delvaux est aussi, dans ce cas, la porte-parole de la communauté des Catholiques francophones, mais beaucoup de Francophones ET Flamands catholiques seront d’accord avec elle. Mais une telle ‘fatwa’ contre un évêque francophone sera-t-elle entendue à Rome ?

Mgr Léonard est un caractériel, qui ose déclarer dans un magazine néerlandais que les Francophones qui vont habiter en Flandres doivent parler le néerlandais. La Belgique francophone en était bouleversée, à en croire Le Soir. On écrivait alors : « de quoi se mêle cet évêque ? » Une interférence ne vaut pas une autre.

Dame Justice aveugle

Tous les journaux parlent des dossiers de fraude avortés KB Lux et Beaulieu. Les millionnaires s’en sortent encore une fois libres. Que 95% des clients KB Lux aient déjà payé une amende et que l’État a donc pu récupérer une partie de la fraude constitue une chance, mais Dame Justice reste la grande perdante. En effet la preuve a une nouvelle fois été administrée que jugement et justice ne coïncident pas toujours. Dame justice aveugle peut être injuste.

Dans De Tijd (09/12), Stefaan Michielssen, « senior writer », écrit qu’un changement de mentalité est intervenu : « Le concept est entendu que la fraude fiscale n’est pas un sport mais un délit. » Il n’est cependant pas aussi correct en écrivant : « Mais dans un état de droit on ne peut accepter que des preuves soient fabriquées. » C’est un mensonge pertinent puisque personne ne met en doute la liste des noms – la preuve. Seule la manière par laquelle le parquet a obtenu cette preuve n’était pas conforme à la loi. Sans doute, le besoin de changement de mentalité et de loi n’avait pas encore atteint ce « senior writer ». Entretemps, la Belgique se déglingue à cause d’un manque de respect de la loi et d’un équilibre pervers entre fraude fiscale et  fraude sociale.


#BéatriceDelvaux #MgrLéonard #Sarkozy

Posts récents

Voir tout

NOUVEAU SITE

Cela fait de longues années que ce blog n’a pas été mis à jour. Non que ce soit une obligation ; mais là, vraiment, il était temps. Il n’y aura plus de nouveaux articles sur ce site. Je vous invite à

michaël, l’espiègle

Dans une belle lettre d’adieu à son coéquipier Michael Goolaerts, le triple champion du monde de cyclo-cross Wout Van Aert écrit qu’il ne faudra jamais oublier Michael, ce gars espiègle avec son étern

Anvers et contre tout

Anvers est loin de Vérone. Sous le balcon de Juliette, l’histoire d’amour était dramatique mais simple. Dans la métropole pluvieuse, la tragédie a tourné au Grand-Guignol. La Belgique est une terre de