The show must go on

Deux beaux films à voir en salles, dont les héros sont joufflus, rieurs, pleureurs, cascadeurs: Tournée de Mathieu Amalric et Bébés de Thomas Balmès. Le premier confirme que Mathieu Amalric, en plus d’être un grand acteur, a un immense talent de metteur en scène. Le deuxième vous garantit une crise de gagatisme.

Mais Tournée n’est pas une success story. Amalric y incarne Joachim, un producteur de télévision trainant sur la route un spectacle de « New Burlesque », dont les stars sont une bande de strip-teaseuses aux formes voluptueuses. Un strass et paillettes emplumé, décomplexé, généreux. Le show est apprécié, mais les villes du parcours (Le Havre, La Rochelle, Toulon…) s’éloignent de plus en plus de Paris, le but ultime rêvé par ces artistes venues d’Amérique. Pour Mimi le Meaux, Dirty Martini ou Kitten on the Keys, c’est parfois le blues qui s’installe sur la route. D’autant plus que Joachim peine galère toujours à trouver des salles. Durant la partie centrale du film, il délaisse ses filles pour essayer de renouer contact avec des ennemis de son passé (sentimental ou professionnel) ou de son présent (ses deux jeunes fils). Il s’en sort beaucoup mieux avec sa nouvelle famille reconstituée, malgré les obstacles, les tensions, les larmes.

Esthétiquement, Tournée est une grande réussite. C’est filmé avec grâce et éclairé magnifiquement par Christophe Beaucarne, un des directeurs photo les plus talentueux du moment. Ce qui a dû faire la différence pour le prix de la mise en scène à Cannes, c’est sans doute la façon qu’Amalric a de capter, avec grâce et tendresse, tous ces petits instants d’humanité. Si le show tout en couleurs est bigger than life, les coulisses restent ancrées dans la réalité avec ses peines, ses désillusions. Avec du mascara, les larmes sont plus visibles. L’humanité des personnages (et la gouaille des acteurs épatants) rendent cette Tournée terriblement attachante. Les divers décrochages narratifs sont inégaux et ne nous épargnent pas quelques légères longueurs, mais je me suis laissé facilement embarqué par la douce, très douce folie qui baigne tout au long du film. Un film lumineux, sincère, précieux.


Posts récents

Voir tout

NOUVEAU SITE

Cela fait de longues années que ce blog n’a pas été mis à jour. Non que ce soit une obligation ; mais là, vraiment, il était temps. Il n’y aura plus de nouveaux articles sur ce site. Je vous invite à