Tour de manège

Depuis quelques mois, nos hommes et femmes politiques donnent l’impression de s’être lancés dans un concours d’auto-scooters. On dirait que la foire du midi n’a pas fermé ses portes. Et bang ! Je te fonce par la gauche ! Et bing ! Je te fais une queue de poisson ! Et crac ! Je te fais tourner comme une toupie !

A ce petit jeu, personne ne fait le poids face à Bart De Wever. De chaque collision frontale, il sort aussi foudroyant que Hulk passant sous les rayons gamma tandis qu’Elio, Joëlle et les autres gisent groggy dans leur autos.

Quel est le gri-gri de Bart ? Une voiture blindée ? Un tank ? Un paquet de gaufres gonflées aux hormones ? On ne sait par quel tour de passe-passe, à chaque tour de manège, c’est lui qui décroche la floche. Ca ne roule plus du tout pour les francophones. On a même l’impression que leurs cerveaux commencent à partir en vrille.

Une solution pour eux consiste évidemment à quitter la Foire du midi et à construire un nouveau circuit d’auto-tamponneuses un peu plus loin, où la direction se réservera le droit d’entrée. Là, ils pourront gentiment se tamponner entre eux. Sans qu’un émule de Superman ne vienne leur abîmer le portrait.

Mais cela demande des investissements, un terrain, une nouvelle baraque, des auto-tamponneuses toutes neuves, qu’ils n’ont guère les moyens de payer. Et, dans l’état où elles sont, on voit mal les banques prendre le risque de leur prêter. De plus, elles ne goûtent guère aux jeux de hasard.

Reste alors à faire front en engageant à leur tour un héros pour affronter Super-Flamoutche.

Justement, j’en connais un, spécialiste des bagnoles et qui connaît bien la Belgique, et particulièrement la Wallonie : Bernie Ecclestone. Le patron de la F1. Le dictateur des circuits.

Il suffit que l’ami Bernie menace de déclasser Francorchamps pour que toute la classe politique se mette à trembler et s’empresse d’ouvrir son portefeuille.

N’est-ce pas le champion qu’il nous faut ? Le seul que De Wever n’osera qualifier de « nain de jardin » ? Bart contre Bernie !  Ah ! Quel match en perspective !

D’accord, Bernie ne fait pas dans la délicatesse. N’a-t-il pas déclaré l’an dernier que « Hitler était efficace » et dans une interview au Times : « Si vous observez la démocratie, elle n’a pas fait beaucoup de bien à beaucoup de pays. »

Mais au point où on est, on prend ce qu’on a. D’autant que, question pognon, Bernie est imbattable. Lui qui a réussi à vider les caisses wallonnes pourtant réputées vides, est le seul capable de convaincre les flamands de nous confier leur argent tout en leur faisant croire que c’est un bon investissement. Reste à calculer sa commission. Déclarer Francorchamps zone franche et bilingue ?

Posts récents

Voir tout

NOUVEAU SITE

Cela fait de longues années que ce blog n’a pas été mis à jour. Non que ce soit une obligation ; mais là, vraiment, il était temps. Il n’y aura plus de nouveaux articles sur ce site. Je vous invite à

michaël, l’espiègle

Dans une belle lettre d’adieu à son coéquipier Michael Goolaerts, le triple champion du monde de cyclo-cross Wout Van Aert écrit qu’il ne faudra jamais oublier Michael, ce gars espiègle avec son étern

Anvers et contre tout

Anvers est loin de Vérone. Sous le balcon de Juliette, l’histoire d’amour était dramatique mais simple. Dans la métropole pluvieuse, la tragédie a tourné au Grand-Guignol. La Belgique est une terre de