tout jeu, tout flamme!

Si on me demande de but en blanc de quelles olympiades je me souviens, je me trouve un peu désemparé. Spontanément, je citerais Munich (et l’assassinat d’athlètes israéliens par des terroristes palestiniens), Atlanta (et l’attentat à la bombe commis par un religieux extrémiste pendant que défilait en boucle l’air officiel des jeux, Imagine de John Lennon) ou Mexico (marqué par la répression sanglante des manifestations estudiantines puis par le poing levé contre la ségrégation raciale, le geste spectaculaire et courageux de Tommie Smith et de John Carlos pendant que retentissait l’hymne américain). Et, oublions Nuremberg. Je me rappellerais aussi d’Athènes dont l’organisation des jeux a définitivement plombé ce qui restait de pièces d’or dans le coffre au trésor grec, passées on n’a jamais su dans quels poches. On le voit, rien dans l’histoire des Jeux n’est comparable avec ceux de Sotchi. Car les Jeux à Poutine sont des jeux d’hiver. Pas de ces jeux d’été qui brûlent le cerveau des égarés. Les jeux d’hiver n’ont jamais fait de mal à une mouche (et pour cause, vu le froid). Après quelques essais en Suède et à Londres, le comité olympique a décidé d’organiser officiellement les compétitions d’hiver à Berlin… en 1916. Vu les problèmes de transport (les taxis refusaient de rouler au-delà de la Marne), ils ont été déplacés à Verdun mais, devant le nombre de spectateurs décédés, on ne sait plus très bien s’il faut parler de vainqueurs, mis à part le soldat inconnu. Vingt ans plus tard, rebelote cette fois à Garmisch-Partenkirchen en Bavière en présence du chancelier Hitler. Le président du CIO (un Belge, le comte de Baillet-Latour) prit alors une décision courageuse : il demanda de voiler tous les panneaux qui indiquaient « Chiens et Juifs non autorisés », sauvant ainsi les épreuves de luges tirées et permettant la présence des magnifiques chiens eskimos. Avec un flair remarquable, le CIO (toujours brillamment présidé par notre compatriote) avait ensuite décidé d’attribuer les Jeux d’hiver au Japon en 1940 et les suivants à l’Italie fasciste ! En 1984, c’est – à la surprise générale- Sarajevo qui est choisie. Résultat. Les magnifiques et surtout très solides installations construites pour l’occasion sur les hauteurs de la ville ont permis aux snippers serbes de terroriser la ville pendant tout le conflit de Bosnie-Herzégovine. Vous avez raison. Décidément, rien de tous cela n’a à voir avec Sotchi.

PS : l’Italie vient de décider que chaque contribuable peut déduire de ses revenus 19 % de ses achats de livres alors que, dans d’autre pays, on rogne les budgets culturels et où on prétend ne pas avoir les moyens d’une politique du livre pendant qu’éditeurs et libraires disparaissent. Allez, madame Laanan ! A vous aussi, la mode italienne irait très bien !

www.berenboom.com

Posts récents

Voir tout

NOUVEAU SITE

Cela fait de longues années que ce blog n’a pas été mis à jour. Non que ce soit une obligation ; mais là, vraiment, il était temps. Il n’y aura plus de nouveaux articles sur ce site. Je vous invite à

michaël, l’espiègle

Dans une belle lettre d’adieu à son coéquipier Michael Goolaerts, le triple champion du monde de cyclo-cross Wout Van Aert écrit qu’il ne faudra jamais oublier Michael, ce gars espiègle avec son étern

Anvers et contre tout

Anvers est loin de Vérone. Sous le balcon de Juliette, l’histoire d’amour était dramatique mais simple. Dans la métropole pluvieuse, la tragédie a tourné au Grand-Guignol. La Belgique est une terre de