Un drôle d’écrivain

Mariage, Jacques A. Bertrand, Julliard, Paris, 151 pages, 15 €


Dans le premier, apparemment largement autobiographique, et tout à fait, savoureux, on apprend par exemple que cet Ardéchois (cœur fidèle?) qui, enfant, voulait faire rire pour être aimé en rêvant de devenir «clown-poète» (peut-être l’est-il devenu), a été marié à une riche Flamande (qu’il avait mise enceinte) et a fréquenté Beauvoir (pas la vraie, une autre qu’il avait baptisée de ce sobriquet) – enfin, je dis «lui», mais peut-être est-ce en partie inventé. Il avoue aussi un goût affirmé pour la contradiction, qu’on lui accorde volontiers.

#bertrand #humour