Un maître en communication

J’ai récemment cosigné une carte blanche de professeurs de l’UCL demandant la démission de Mgr Léonard en tant que Grand Chancelier de l’université, à la suite de ses déclarations tant sur le Sida, les homosexuels que les plus récentes sur la justice, sur les poursuites à entreprendre ou non envers des prêtres pédophiles. Le jour où paraissait cette carte blanche, son porte-parole, Jurgen Mettepenningen, démissionnait avec fracas, comparant son patron à un conducteur qui roulerait à contre-sens sur une autoroute.

Peu après, l’archevêque de Malines-Bruxelles apportait « quelques explications » qu’il estimait devoir à l’opinion. Un lecteur du Soir m’a écrit alors un mail outragé, jugeant mon attitude et celle de mes collègues « lamentable » ; nous serions en train de participer à un complot contre Mgr Léonard, lequel n’aurait jamais dit ce que nous lui reprochions.

Au milieu des années 1980, alors que je fais mes premières armes de journaliste au magazine Regards du Centre communautaire laïc juif de Bruxelles, éclate la polémique sur l’installation d’un couvent de carmélites au sein du camp d’Auschwitz. Je contacte alors celui qui est à l’époque l’abbé Léonard, responsable du séminaire Saint-Paul à LLN, pour un débat avec David Susskind, président du CCLJ. Dans un premier temps, l’abbé accepte le principe mais demande le dossier de presse car, me dit-il, il ne comprend pas ce qui dérange les Juifs dans cette affaire. Après lecture, il m’informera qu’il refuse de participer au débat car les susceptibilités sont trop vives, et ajoutant que les carmélites ont eu tort… de ne pas attendre quelques années de plus, le temps que cette susceptibilité se calme (ne serait-ce que par la mort naturelle des survivants).

Il ne s’agit pas ici de relancer le débat sur le carmel, mais bien de montrer que Mgr Léonard, depuis toujours, maîtrise parfaitement sa communication. Quand il n’a pas envie de dire quelque chose, il ne le dit pas. Et réciproquement. Ce qui était clair, c’est qu’il était d’accord sur le principe de l’installation d’un tel couvent à Auschwitz.

L’Eglise belge a été très active dans la mise en place du Concile Vatican II, qui a représenté une formidable ouverture de l’Eglise catholique au monde et à la modernité. Ces avancées sont aujourd’hui (en fait, depuis le pontificat de Jean-Paul II) contrariées, voire annulées par la hiérarchie catholique, y compris par le pape. Benoît XVI, de ce point de vue, est encore plus rétrograde que son prédécesseur. Mgr Léonard fait partie de ces catholiques qui veulent un retour aux fondamentaux, une Eglise plus « musclée ». Sans doute estime-t-il qu’à trop s’ouvrir, l’Eglise est devenue trop « molle » et qu’à l’heure du triomphe des intégrismes de tous poils, il était judicieux que Rome présente un visage vigoureux, réactionnaire, aussi « entier » que d’autres courants religieux, ou politiques.

Dans sa maîtrise de la communication, Mgr Léonard, qui n’avait pas hésité jadis à se laisser filmer par l’émission « Strip-tease » — laquelle est pourtant la plus formidable machine à ridiculiser tout et n’importe qui —, contrôle parfaitement le jeu de « dérapages » et de « rectifications ». Il ne s’adresse pas aux mêmes personnes dans un cas ou l’autre. Mgr Léonard sait que les journalistes cherchent le « malentendu » ; s’il le voulait, il pourrait aisément se faire « bien entendre », ne serait-ce qu’en n’intervenant pas sur certaines questions sensibles. Donc, s’il « dérape », c’est pour adresser un message à cette frange de catholiques qui veut une Eglise forte et intransigeante. Ensuite, il « corrige », non pour ces premiers destinataires, mais pour les autres, qui ont été un peu choqués tout en étant prêts à croire en la bonne foi de l’archevêque. Coup double : il conforte ses ouailles et discrédite ses adversaires.

On objectera peut-être que, sur la pédophilie au sein de l’Eglise, Mgr Léonard, contrairement à Mgr Daenens, a eu le courage de parler. C’est vrai. Mais les rares paroles claires qu’il a prononcées sur le sujet sont noyées dans trop d’autres qui tentent à prouver que l’essentiel, pour lui, est ailleurs : la restauration d’une Eglise que l’on est en droit de juger rétrograde et fondamentaliste.

#MgrLéonard

Posts récents

Voir tout

NOUVEAU SITE

Cela fait de longues années que ce blog n’a pas été mis à jour. Non que ce soit une obligation ; mais là, vraiment, il était temps. Il n’y aura plus de nouveaux articles sur ce site. Je vous invite à

michaël, l’espiègle

Dans une belle lettre d’adieu à son coéquipier Michael Goolaerts, le triple champion du monde de cyclo-cross Wout Van Aert écrit qu’il ne faudra jamais oublier Michael, ce gars espiègle avec son étern

Anvers et contre tout

Anvers est loin de Vérone. Sous le balcon de Juliette, l’histoire d’amour était dramatique mais simple. Dans la métropole pluvieuse, la tragédie a tourné au Grand-Guignol. La Belgique est une terre de