Un tramway nommé soupir


Vincent est un raté. Vous imaginez ce qu’il m’en coûte d’écrire cette phrase… Pigiste dans un journal, il se retrouve à Lisbonne, en 1985, avec Antonio, un photographe. Tous les deux trimbalent leurs histoires d’amour. Amours ratées, amours amorcées. Celles du passé, celles du présent, qui se rencontrent au coin d’une rue, dans l’ombre d’un parc. Entre eux, il y a Irène, une caricature de Parisienne. Elle a fait languir et souffrir Vincent, qui découvre à Lisbonne qu’elle est la maîtresse d’Antonio. Et que celui-ci n’y tient pas beaucoup. Pour soigner ses bleus à l’âme et récupérer Irène, Vincent va se mettre en tête de corriger le destin amoureux d’Antonio. Réécrire sa passion de jeunesse pour la gentille Canard, sans se soucier de ce que les protagonistes de ces vies pensent de ses tentatives de résurrection. Carmen, Don Juan, Casanova ; Beaumarchais, Musset… Le Tellier est expert en récits d’amour et convoque toutes les références pour décliner une nouvelle version de la plus vieille histoire du monde.