Un voile sur les facilités

Nous avions été un peu vite en besogne en proclamant la semaine dernière la fin des projets multiculturels. A peine sèche l’encre du journal, les assises de l’interculturalité nous rappelaient que le sens du compromis demeure la potion magique qui fait le ciment de la Belgique, ou plutôt le waterzooi, plat d’autant plus réussi que les ingrédients qui le composent ne se marient pas.

Ainsi pour le voile. La subtile suggestion des sages est de l’interdire dans la moitié des classes et de l’autoriser dans les autres. Pour les jours de fête, il y aurait un régime flottant selon les opinions de chacun. Ainsi, mari, femme et enfants partiront en vacances chacun de leur côté, selon leurs convictions. Excellent remède contre les conflits familiaux, trop souvent exacerbés au soleil dans les espaces confinés de M. Neckerman.

Le rapport de cette docte commission pourrait aider  le conciliateur (c’est toujours ainsi qu’on l’appelle ?) pour régler tous les autres problèmes du pays.

Prenez le cas des signes religieux apparents, comme on dit en politiquement correct. Le régime des facilités, qui s’est révélé un si beau succès, pourrait servir d’exemple. L’idée serait de créer des communes à facilités interculturelles. Les B.H.V. du voile. Le voile autorisé à Molenbeek (sur demande renouvelée tous les trois ans à l’administration communale) serait interdit une fois passé le canal. Avec vestiaire à la station de métro Yser.

Les vacances pourraient aussi donner lieu à un arrangement politico-religieux. Serait jour de congé payé celui où les Wallons se rendent à la mer (mais seulement à la vlaamse kust, pas op ! attestatie à l’appui). De même pour les Flamands voyageant dans les Ardennes, avec certificat du patron du camping.

Belle idée aussi des assises de proposer une politique de quota pour les minorités.

Reste à les définir. Les Roms c’est facile, ils sont chassés de partout.

Mais les Flamands, une minorité ? En Wallonie, sans doute. Faudra-t-il alors prévoir des places réservées pour leurs motorhome ? Et l’obligation pour les télés locales de retransmettre De slimste mens ter wereld ? En échange, un quota de fauteuils accueillerait les Wallons sur les plages du Coq et de Saint-Idesbald. Et à Knokke, sur cinq emplacements réservés aux 4×4, une place de parking serait attribuée aux touristes munis de frigo-box.

Pour que tout roule, dans chaque gouvernement régional, un ministre issu de l’autre communauté assurera la défense des minorités. Pourquoi pas Bart De Wever en ministre de la minorité flamande au gouvernement wallon ? Cette fois, vous verrez, il prendra ses responsabilités (et pas seulement la défense des gaufres de Liège).

Posts récents

Voir tout

NOUVEAU SITE

Cela fait de longues années que ce blog n’a pas été mis à jour. Non que ce soit une obligation ; mais là, vraiment, il était temps. Il n’y aura plus de nouveaux articles sur ce site. Je vous invite à

michaël, l’espiègle

Dans une belle lettre d’adieu à son coéquipier Michael Goolaerts, le triple champion du monde de cyclo-cross Wout Van Aert écrit qu’il ne faudra jamais oublier Michael, ce gars espiègle avec son étern

Anvers et contre tout

Anvers est loin de Vérone. Sous le balcon de Juliette, l’histoire d’amour était dramatique mais simple. Dans la métropole pluvieuse, la tragédie a tourné au Grand-Guignol. La Belgique est une terre de