• alain

une decouverte majeure

Sans viser le Prix Nobel de physique ou de médecine, la découverte que j’ai faite pendant l’épidémie de Corona-virus mérite plus d’attention et de curiosité que celles qu’ont montrées les chefs de la police et le ministre de l’Intérieur après la mort de Jozef Chovanec dans les locaux de la police aéroportuaire de Charleroi.

Je me plaignais depuis des années du comportement erratique de ma montre bracelet favorite. Malgré mes exhortations, elle s’arrêtait systématiquement deux fois par jour. Aucun horloger n’a jamais réussi à expliquer le phénomène. Jusqu’au premier jour du confinement, où cette montre a soudain renoncé à ses caprices. Depuis, elle me donne fidèlement l’heure exacte jour et nuit sans plus reprendre son souffle dans la montée ni m’abandonner en rase campagne.

Une seule explication à cette réparation miraculeuse : la Covid 19. En voyez-vous une autre ? Je suis tout prêt à croire à une intervention divine ou à celle de Saint Eloi (le saint patron des horlogers) mais pourquoi ces braves gens auraient-il attendu le débarquement du virus chinois pour prendre ma montre en mains ? Ecartons aussi le hasard. « Plus on prête attention aux coïncidences, plus elles se produisent » a écrit Nabokov.

Cet événement scientifique me conduit à penser que ce fameux virus tant décrié a peut-être d’autres effets bénéfiques. Et qu’il faut bien réfléchir avant de tenter à tout prix de l’éliminer.

Tenez, les interventions policières. Obligé de respecter les distances barrières, quel policier, même violent (il y en a dans notre royaume idyllique me dit-on), oserait encore mettre sa santé en danger en caressant de trop près la bouche ou le cou d’un suspect, au risque d’être infecté par les postillons d’un client dont il tente de couper le quiqui ?

Et le Mouvement Me Too ? Terminé ! Vous êtes tranquilles, les filles ! Aussi longtemps que se propage le Corona, les femmes seront à l’abri des mâles assoiffés de câlins abusifs. Le masque rend le baiser aussi appétissant que l’ingestion d’un vieux morceau de carton mouillé et l’effleurement de la peau féminine ressemble désormais à une tentative de suicide ou de meurtre.

A l’école, on se plaignait depuis des lustres des classes trop peuplées et des locaux trop exigus. Il a suffi de l’arrivée de la petite bêbête chinoise pour que tout se décoince. En une seule rentrée scolaire, les enfants bénéficient chacun d’une bulle qui leur permet de respirer à une distance respectable de leurs petits camarades et on a trouvé soudain des locaux pour multiplier les classes.

Seule ombre au tableau, comme l’écrivait Albert Camus, « l’honnête homme, celui qui n’infecte presque personne, c’est celui qui a le moins de distraction possible »…

www.berenboom.com

8 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

la fureur de vivre

Le gouvernement vivaldien a réussi à serrer les rangs de son équipe hétéroclite en fêtant la rentrée politique avec une décision audacieuse : la fin des maladies de longue durée. On le sait depuis la

rule, britannia!

Dans un de ses meilleurs sketches, Fernand Raynaud se met dans la peau d’un douanier qui n’aime pas les étrangers. Il ne cesse de harceler l’étranger qui s’est installé au village jusqu’à ce que lui e

et avec ca, emballage cadeau,

Dans le monde politique flamand, certains ne comprennent pas que les dirigeants wallons fassent la fine bouche devant la proposition de leur ministre-président d’accorder un prêt à la Wallonie pour ta