Une réponse : l’amour


Et là où les autres chanteuses de jazz auraient fréquemment tendance à ne pas réussir cet examen avec une grande distinction mais plutôt avec la mention «peut faire mieux ou ne fera pas progresser la musique du 20è siècle», Barbara Streisand ne copie pas, ne se lance pas dans des interprétations délirantes, mais se réapproprie ces superbes chansons au point que certaines d’entre elles semblent enregistrées pour la première fois tant elles sont empreintes du sceau de la beauté et du respect de la partition originelle.


Dès lors, grand sera notre plaisir d’écouter les Gentle rain, Smoke gets in your eyes, Some other time, et bien d’autres standards avec un plus pour cette très belle et étonnante version d’If you go away, soit un Ne me quitte pas dont le grand Jacques aurait certainement apprécié la sensualité et l’émotion inhérentes.

Bien sûr, Love is the answer de Barbara Streisand n’est pas à écouter pour battre le tempo d’un prochain jogging, mais plutôt à réserver à des moments d’intimité, de douceur et pour quoi pas d’amours. La présence de Diana Krall, toujours aussi brillante au clavier, et celle du pianiste new-yorkais Bill Charlap, l’orchestration – pour une fois discrète quand aux références aux cuivres et aux violons – ne font qu’accentuer la qualité acoustique et le plaisir de se laisser bercer par l’enregistrement.

Un bon album qui, bien que de facture très classique, n’aura pas à rougir de figurer dans votre discothèque, au rayon “accompagnement de bons moments”.

Love is the answer / Sony Music

0 vue