Une «Veillée» d’exception au coeur des mots de Virginie Carton

La veillée, par Virginie Carton, Stock, 219 pages, 18 €



L’histoire se déroule sur une nuit. Le père de Sébastien est mort et Marie a choisi de passer la nuit auprès d’eux. Auprès du défunt reposant à côté de son portrait peint par un ami de la famille, auprès du fils se reprochant de n’être pas revenu à temps d’Italie pour Noël, et donc de n’avoir pas revu vivant celui dont il fut très proche. Sébastien et Marie sont deux amis d’adolescence, ils ne se sont pas quittés de 15 à 17 ans, et pourtant, chacun est parti de son côté, s’est marié, a eu des enfants. Ils sont aujourd’hui dans la quarantaine et c’est la première fois, depuis longtemps, qu’ils se retrouvent dans une telle proximité physique et affective. Assis de part et d’autre de l’homme «qui les avait si souvent guidés sur les routes du déraisonnable», ils ne savent pas très bien que faire. Mettre la musique qu’il aimait? Rester là en se taisant ou en parlant à voix basse? Prier? Permettre au chat de se coucher sur le corps de son ancien maître?

Tout sonne juste dans ce roman. Notamment les dialogues, très nombreux, ni trop insistants, ni trop elliptiques, à la fois «comme dans la vie» tout en étant, débord, de la littérature. Des questions essentielles et douloureuses sont posées, liées à cet âge de l’entre-deux où l’on s’aperçoit que nos parents sont mortels, tout en étant soi-même parents. Où, dans ce basculement fatidique, l’on devient celui ou celle que l’on aurait, au fond de soi, souhaité ne jamais devenir, avec ses rides, ses souvenirs et peut-être ses regrets. Que montrons-nous de nous? Que sait-on de nos parents? Et nos enfants, que savent-ils de nous? Est-il possible d’aimer toute une vie la même personne? Est-ce même normal? En donnant la vie, on a transféré sur d’autres une part de nous-même. Que nous reste-t-il alors? Et comment se débrouiller avec ce reste? Nous est-il permis d’être heureux sans ses enfants? Et finalement, au bout de cette veillée qui les aura changés l’un et l’autre, même si cette intimité fraternelle enfin retrouvée restera probablement sans suite, ils vont enfin découvrir et comprendre pourquoi ce n’est pas main dans la main qu’ils se sont lancés dans la vie qui s’ouvrait à eux.

#Veillée #VirginieCarton