Véronique Gallo, en écho au silence


Nonna est morte en 2004 d’un cancer des os. Elle avait 80 ans. Véronique Gallo, ancienne professeure de lettres devenue auteure-interprète de deux one-woman show (On ne me l’avait pas dit et Mes nuits sans Robert), redonne vie à sa grand-mère dans ce bref ouvrage dense et profond, écrit avec un admirable mélange de pudeur et d’émotion. Elle nous fait découvrir en alternance la dernière année de celle qui, jusqu’au bout, témoignera d’une formidable force de caractère, et sa vie passée dans une petite maison au pied de la colline de Cointe. C’est en 1946 que cette Italienne de 23 ans quitte son village de Vénétie pour rejoindre à Liège un homme «épousé sans trop réfléchir» et devenu ouvrier à Cockerill. Mais l’acclimatation est difficile pour elle, d’autant plus que son mari aime s’attarder au café avec des compatriotes. Elle qui rêvait d’avoir une fille, aura deux fils qui connaîtront chacun un destin tragique. Ce qui la conduira à se détourner du Dieu qu’elle prie chaque dimanche pour devenir Témoin de Jehova. Finalement, naîtra une petite-fille, l’auteure du livre, qu’elle chérira et qui l’accompagnera jusqu’à sa fin.