Facebook
    30 août 2016 | Dans Blog-note, Yves Wellens | Pas de commentaire »

    Le monde comme il s’en va, 14, 4

    Deux citations, la première pour compléter le (début de) portrait amorcé ici :

    « Dans les années 80, Trump organise un Tour des Etats-Unis cycliste. Les sprints sont bien ennuyeux d’une étape à l’autre. Seul le contre-la-montre peut relancer le suspense. Quelques jours plus tôt, Eric Vanderaerden, le leader de l’épreuve, avait decliné une invitation sur le yacht de Trump. Vient l’épreuve de vérité. Normalement, il n’y a pas de motard qui ouvre la route dans l’effort solitaire. Là, un homme envoie le belge dans une mauvaise direction. Son entourage croit encore maintenant à une machination : Trump aurait voulu favoriser le second du classement, le norvégien Lauritzen, qui avait la bonne idée d’appartenir à 7-Eleven, une équipe américaine ».

    L’autre pour élargir le champ, et montrer à quel point il est miné :

    « Sur base des analyses d’un site américain qui vérifie les declarations des personnalités politiques, un commentateur de gauche se félicite de voir Hillary Clinton et Bernie Sanders loin devant Donald Trump en matière d’intégrité verbale : « 50% des declarations de Clinton et Sanders sont vraies ou principalement vraies. Pour Trump, c’est 9% ». En mme temps, toutes tendances confondues, les américains pensent que, s’il est élu, Donald Trump, le plus fieffé menteur du moment, « leur dira plus la vérité » qu’Hillary Clinton »

     

    Quadrature : là où les nouvelles sont reines

     

     

    deuxansdevacancesetplus-360x575Dans le paysage éditorial francophone, Quadrature, est une exception : cette maison basée à Louvain-la-Neuve, animée par des passionnés et exclusivement centrée sur la nouvelle, ne publie que des livres de qualité. Impossible de considérer l’une de ses publications faible ou même moyenne. Normal: seuls trois ou quatre recueils sortent sous leurs couvertures couleur crème et rouge. C’est vrai, et cela permet à l’équipe d’être très sélective, alternant auteurs fidèles et néo-nouvellistes. Leurs trois plus récentes parutions sont à l’image de cette politique puisqu’elles sont signées par un ancien et deux néophytes. (suite…)

    6 juillet 2016 | Dans Etienne Payen, Musique | Pas de commentaire »

    Gentjazz et Middelheim Festival : vos rendez-vous de l’été.

    Comme chaque année, les somptueuses villes de Gand et Anvers seront les capitales du jazz durant la période estivale. Ainsi du 7 au 16 Juillet, le Gent Jazz Festival se déroulera dans le cadre étonnant du Bijloke – superbes hospices du 13e siècle, situés dans un parc, transformé à grands frais et où rien n’aura été laissé au hasard dans la réhabilitation. Ainsi le grand Chapiteau blanc accueillera quelques jazzmen de notoriété mondiale ( Pat Metheny et Ron Carter, Brad Mehldau et John Scofield, John Cale, Terence Blanchard, Hugh Coltman…) sans oublier la venue de celui qui mettra à nouveau le feu aux poudres sur la scène principale le Jeudi 7 juillet : le trompettiste franco-libanais Ibrahim Maalouf.
    Le dimanche 10 Juillet sera consacré aux groupes flamands avec d’agréables découvertes comme Bardo et Kamikaze. Le Jeudi 14 sera la journée de la Soul Music grâce à des stars de renommée internationale (comme Ala.ni, Allen Stone, St Germain (15), Lianne la Havas et la diva du blues et de la soul : Jill Scott.

    La programmation se veut volontairement hétéroclite et ouverte à d’autres courants qu’ils soient soul, ou même nettement plus pop qu’auparavant. Mais toujours avec une même constance : celle d’être teintée d’une grande exigence de qualité, d’un souci d’originalité et du plaisir d’accueillir des stars confirmées ou de vedettes en devenir. Le Gent Jazz est une manifestation à vivre à la fois pour son programme, son superbe cadre, son professionnalisme et sens de l’accueil et last but least : l’acoustique parfaite des concerts. Bref une festivité à inscrire dans votre carnet du mois de juillet.

    Même organisation mais autre ville et ce durant le week end du 12 au 15 Août : le Jazz Middelheim. Une véritable institution qui fêtera sa trente cinquième année. À nouveau un superbe parc, situé dans un quartier chic et bourgeois d’Anvers, un chapiteau ouvert, deux scènes. Une réunion familiale pour beaucoup d’habitués mais aussi un lieu de découvertes pour les puristes de la note bleue grâce une programmation essentiellement jazz avec de multiples happening. Cette année, le fil conducteur de la fête sera la résidence offerte au trompettiste israélien Avishai Cohen (à ne pas confondre avec son homonyme contrebassiste) qu’on retrouvera ainsi dans différentes formations et styles durant ce week end.
    Quelques grands noms du jazz enchanteront vos oreilles : à savoir le batteur Billy Hart, les trompettistes Wallace Roney Jr et le batteur Denardo Coleman dans un Tribute consacré à son père Ornette Coleman, la chanteuse Tutu Puone, la diva de la Pop Underground Patti Smith, la star belge du piano Jef Neve en duo avec le rappeur Typhoon, le pianiste américain Craig Taborn en solo sans oublier l’exceptionnelle présence du saxophoniste Pharoah Sanders en trio. Signalons le 14 Août le concert de la chanteuse belge Mélanie De Biasio toute auréolée du succès mondial de son dernier album. Bref, du bon, du beau, du plaisir !

    Contrairement à Gand, un registre plus jazz, des stars internationales mais aussi belges, un lieu et une ambiance cosy, où les enfants sont bienvenus. Une autre date à retenir pour le 15 Août. Que ce soit à Gand ou à Anvers, que vous soyez novice ou grand amateur de sonorités détonnantes, voici deux superbes occasions de découvrir une merveilleuse musique ; le tout dans de jolis endroits et dans une atmosphère agréable et des conditions optimales. Vous savez ce qu’il vous reste à faire !Ibrahim_Maalouf_Kalthoum-FB-Vierkant_Kader
    Etienne Payen
    www.gentjazz.com
    www.jazzmiddelheim.be

    Acteur et spectateur du paysage

    Une carte blanche de Denis Marion, de l’asbl Epures, publiée dans espace-vie l juin 2015 l n° 252
     

    « La modification du paysage est aussi l’affaire des petits détails quotidiens »

    « Pour autant que les actes et travaux projetés, soit respectent, soit structurent, soit recomposent les lignes de force du paysage, un permis d’urbanisme peut être octroyé en dérogation aux prescriptions d’un règlement régional d’urbanisme, d’un règlement communal d’urbanisme, d’un plan communal d’aménagement ou aux prescriptions ayant valeur réglementaire d’un permis de lotir, etc. »

    (suite…)

Quadrature : là où les nouvelles sont reines

 

 

deuxansdevacancesetplus-360x575Dans le paysage éditorial francophone, Quadrature, est une exception : cette maison basée à Louvain-la-Neuve, animée par des passionnés et exclusivement centrée sur la nouvelle, ne publie que des livres de qualité. Impossible de considérer l’une de ses publications faible ou même moyenne. Normal: seuls trois ou quatre recueils sortent sous leurs couvertures couleur crème et rouge. C’est vrai, et cela permet à l’équipe d’être très sélective, alternant auteurs fidèles et néo-nouvellistes. Leurs trois plus récentes parutions sont à l’image de cette politique puisqu’elles sont signées par un ancien et deux néophytes. (suite…)

Les chroniques de Barkas : le pouvoir du dogme et des valeurs (1)

Le collectif Calvin & Hobbes accueille Barkas, une vieille connaissance, pour ses  chroniques.

Chronique écrite en collaboration avec des membres du collectif. Merci à eux pour les propositions de liens. (Signé : Barkas)

Il est des sujets qui sont à ce point sensibles que les aborder de manière rationnelle vous conduit à vous perdre lentement dans les méandres de l’Histoire ou de la bêtise humaine, ce qui dans bien des cas pourrait être la même chose. (suite…)

Venise 42

Statue équestre du condottiere Bartolomeo Colleoni d’Andrea del Verrocchio ©Luc Teper

Statue équestre du condottiere Bartolomeo Colleoni d’Andrea del Verrocchio ©Luc Teper

Littératures d’ailleurs (3): Horizons multiples

128880_couverture_Hres_0Par-delà les fenêtres. Carnets 4, par Gamal Ghitany, traduction de l’arabe (Egypte) par Emmanuel Varlet, Seuil, 172 pages, 19 €

 

«Dans la maison où je suis venu au monde, il ne m’a jamais été donné de regarder par la fenêtre», écrit Gamal Ghitany en ouverture de Par-delà les fenêtres, récit autobiographique qui envisage sept types de fenêtres: premières, de l’effroi, du désir, du voyage, d’apparition, de l’esprit, des au revoir. L’auteur raconte qu’en Haute-Egypte, les maisons, dont les pièces se distribuent autour d’une cour centrale, n’ont pas de fenêtres. Sans doute est-ce pour cette raison que, toujours, lorsqu’il arrive dans un hôtel, la première chose qu’il fait c’est ouvrir la fenêtre afin de «savoir ce qu’il y a dehors».
(suite…)

Venise 41

Le palais des Doges au crépuscule ©Luc Teper

Le palais des Doges au crépuscule ©Luc Teper

Quatre premiers romans à découvrir

couv9669335.pngJean-Claude Mourlevat n’est pas un inconnu, loin de là. Il est en effet l’auteur de plusieurs romans jeunesse qui font la joie de leurs lecteurs, notamment La Ballade de Cornebique ou La Rivière à l’envers. Mes amis devenus (Fleuve, 218 pages, 17,90 €) est sa première incursion dans la littérature adulte en solitaire après Et je danse, aussi écrit en collaboration avec Anne-Laure Bondoux. Cinq anciens amis – trois hommes, deux femmes – se retrouvent pour quelques jours sur l’île d’Ouessant. S’ils se sont très bien connus jeunes, ils ne se sont plus vus depuis… quarante ans. Que sont-ils devenus? Mentalement mais aussi physiquement? C’est la question que se pose l’un d’eux, le narrateur parti en avance, anxieux de retrouver Mara dont il a été très amoureux. A sa suite, on revisite leur jeunesse commune jusqu’au débarquement du quatuor. Quel bonheur de lecture! Mourlevat met admirablement en scène les liens subtils qui relient ses héros, chargeant son roman d’émotions qui renvoient à notre propre vécu. (suite…)

Venise 40

Basilica dei Santi Giovanni e Paolo ©Luc Teper

Basilica dei Santi Giovanni e Paolo ©Luc Teper

La littérature française chez Actes Sud, niveau d’excellence

9782330063221Le Goncourt du Premier roman décerné il y a quelques semaines à De nos frères blessés de Joseph Andras (140 pages, 17 €) rappelle une fois encore, si besoin en était, la qualité du catalogue français d’Actes Sud. Ce roman au scalpel revient sur la destinée de Fernand Iveton, le seul français exécuté pendant la guerre d’Algérie pour avoir placé une bombe – qui n’a pas explosé – dans un entrepôt désert où, de toute façon, elle n’aurait pas fait de victime. On dit que François Mitterrand, alors Garde des Sceaux, ne s’est jamais vraiment remis d’avoir refusé sa grâce à laquelle, comme il est raconté ici, tout le monde s’attendait. Variant les angles de vue, s’attachant aux différents personnages gravitant autour du militant indépendantiste (sa femme, son avocat…), tout en s’accrochant à la véracité des faits, l’auteur, dont c’est un nom d’emprunt, rend justice avec force et talent à une victime oubliée de cette sale guerre. Un roman important tant d’un point de vue littéraire qu’historique. (suite…)

Une année en Dilettante

8aa819de08a7c5a840233215dbc24907f99b3f60Entre août 2015 et avril 2016, Le Dilettante a publié onze livres, du 341e, Petits plats de résistance, le premier roman de Pascale Pujol déjà auteure d’un recueil de nouvelles chez Quadrature (éditeur belge exclusivement centrée sur ce genre), au 351e, un recueil de textes humoristiques d’Alain Schifres, Sympa. En passant par des romans d’auteurs-maisons, une biographie surprenante, des formidables nouvelles et trois précieuses rééditions. La diversité de ces titres reflète assez fidèlement la politique éditoriale d’un éditeur qui s’est forgé une place à part en France, également grâce à ses couvertures à rabats illustrées avec imagination et, le plus souvent, fantaisie. (suite…)

Venise 39

Gondole et vaporetto sur le Grand Canal ©Luc Teper

Gondole et vaporetto sur le Grand Canal ©Luc Teper